Traces

 

Du sang séché

sur une terre desséchée

un sol aride

sous un ciel torride

des coquillages évidés

dans l’eau vinaigrée

des os blanchis

dans une beauté défraîchie

des montagnes de résidus

gauchement répandus

d’immenses déserts

à saveur de cimetière

des ruisseaux de lie

crevés dans leurs lits

des cactus polaires 

et des mers à l’envers

des clameurs de haine

que le vent ramène

de triomphantes fioritures

dans une profonde déconfiture

des désastres boulimiques

sous des astres à tristes mimiques

des détritus amoncelés

sur environnement souillé

inoculant  soluté mortel

à ce monde malade de bébelles

tristes traces que voilà

l’homme est bien passé par là.